Quelle est la meilleure litière pour un poulailler ?

quelle est la meilleure litière pour un poulailler
Spread the love

La meilleure litière pour un poulailler : Sable, paille ou copeaux de pin ? Découvrez la réponse ci-dessous.

L’un des sujets les plus controversés dans l’élevage de poules de basse-cour est sans doute le choix de la litière à utiliser dans votre poulailler.

Certains disent que la paille est la seule solution. D’autres disent que c’est le pin, et d’autres encore que seul le sable fera l’affaire. Pour couronner le tout , certains chantent les louanges de types de litière moins courants. Comme la mousse de tourbe et les copeaux de bois. Il y a de quoi perdre son latin.

Alors, que dit la science ?

Sommaire

Quelle est la meilleure litière de poulailler pour des poules heureuses et en bonne santé ?

Ne tournons pas par quatre chemins. Si vous devez en chosir qu’un seul, ça serait le sable. Q’il soit à grain moyen ou grossier, il reste la meilleure litière pour un poulailler et ceci, pour plusieurs raisons. Il est :

  • non toxique,
  • sèche rapidement,
  • reste propre,
  • est pauvre en agents pathogènes
  • et présente un faible taux de poussière.

Le sable est un choix beaucoup plus sûr que tous les autres matériaux de litière. La paille hachée est un choix médiocre, mais comporte un risque d’agents pathogènes, et les copeaux de pin sont à éviter en raison de leur toxicité.

De nombreuses personnes font des déclarations sur la qualité des différents matériaux de litière pour poulailler sans fournir de recherches ou de références pour étayer leurs affirmations. Dans cet article, j’ai résumé des dizaines d’études scientifiques menées sur les matériaux de litière les plus couramment utilisés dans les poulaillers. A savoir les copeaux de pin, la paille et le sable. J’ai fourni une longue liste de citations ci-dessous.

Dans cet article, vous apprendrez :


Comparaison entre la paille, le sable et les copeaux de pin :

Pour ceux d’entre vous qui ne veulent pas lire tout cet article. Je vous propose un tableau récapitulatif ci-dessous. Pour des raisons d’espace, je n’ai cité qu’une seule référence par cellule. Lisez l’article complet pour en trouver d’autres. Les notes données pour chaque cellule sont relatives aux deux autres matériaux de litière.

Paille SableCopeaux de pin
Absorption de l’humiditéExcellentMauvaiseBonne
Libération de l’humiditéMauvaiseExcellenteMédiocre
PropretéMédiocreExcellenteMédiocre
Niveau d’ammoniacMoyenFaible à élevéInitialement faible
Charge bactérienneMoyenne à élevéeFaibleMoyenne à élevée
Charge de moisissuresÉlevéeFaibleMoyenne à élevée
PoussièreMoyenne à élevéeFaible à élevéMoyenne à élevée
Autres problèmes de santéMaladies respiratoiresPneumoconiose, cancerLésions du foie, lésions respiratoires, cancer
Facilité d’utilisationMédiocreMédiocreExcellente
IsolationPlus chaud en hiver avec la méthode de la litière profondePlus frais en été Plus chaud en hiver avec la méthode de la litière profonde
CompostageExcellent Médiocre Excellent
InflammabilitéInflammableIninflammable (inorganique)Facilement inflammable
Charge d’insectesÉlevée Faible Élevée

Pourquoi vos poules ont besoin d’une litière et non d’un lit dans le poulailler ?

Que vous soyez novice ou expérimenté dans l’élevage de poules. La plupart d’entre nous ont beaucoup d’idées fausses sur la nécessité d’une litière pour les poules modernes.

En fait, la plupart d’entre nous ont une idée archaïque de ce qu’est la litière pour un poulailler. Ainsi, nos poules souffrent de ce manque de connaissances. En effet, les poulets de basse-cour, contrairement aux poulets de chair industriels, n’ont pas besoin de lit. Ils ont seulement besoin de litière.

Quelle est donc la différence exacte entre un lit et une litière ?

Le lit est le matériau utilisé sur le sol des poulaillers industriels. Tandis que la litière est le matériau utilisé pour la gestion des déchets des poules.

Un lit est nécessaire dans l’industrie du poulet de chair parce que les poulets sont élevés dans ce qu’on appelle des  » systèmes de production avicole au sol.

En quoi ces systèmes diffèrent-ils des basses-cours ?

Dans les poulaillers de production de volaille au sol, les poulets vivent à l’intérieur sur un lit toute leur vi. Ce qui n’est pas long ,généralement un mois ou deux.

Contrairement aux poulets de basse-cour, ces poulets de chair n’ont pas tendance à se percher. Ces oiseaux grandissent si vite et ont tellement de viande sur eux qu’ils sont incroyablement peu énergétiques et sont sujets à des problèmes de pattes et à des douleurs. Le perchoir n’est pas une option. Beaucoup d’entre eux ont du mal à marcher, et encore moins à sauter sur un perchoir pour la nuit.

C’est pourquoi les poulets de chair vivent et dorment dans leur lit. Cela signifie qu’ils ont besoin d’un lit pour autre chose qu’une simple litière, et que le matériau du sol sert à la fois de litière et d’assise. Dans ces systèmes, la litière est définie comme  » … une combinaison de litière et de matières fécales « .

La plupart des éleveurs de poules respectent cette définition de la litière. Mais, comme vous pouvez maintenant le constater, elle ne s’applique pas tout à fait aux poules de basse-cour modernes. Une définition plus logique de la litière pour nous est la suivante :

une combinaison d’un matériau à faible rétention d’humidité et de matières fécales.

Nous devrions penser au matériau du sol du poulailler plus comme nous pensons à la litière pour chat. Plutôt que de le considérer comme une litière pour animaux. Bien sûr, les poulets sont beaucoup plus exposés à leur litière que les chats. Nous devons donc nous assurer que nous leur fournissons un matériau qui n’est pas toxique.


Le problème de la recherche scientifique sur la litière des poulaillers :

Ainsi, en examinant la littérature académique sur la litière, nous avons un problème majeur. L’essentiel des recherches effectuées provient de poulaillers industriels, où la litière sert réellement de litière.

C’est un élément que vous devrez toujours garder à l’esprit lorsque vous lirez une étude scientifique sur les poulets. Vous utilisez la litière dans un but différent du leur.

Un autre problème est que les poulets de chair ne vivent pas très longtemps. De sorte qu’aucune des études universitaires ne traite des effets à long terme des matériaux de litière. C’est très regrettable pour les éleveurs de poulets de basse-cour. Car de nombreux types de litière qui sont très sûrs à court terme sont très dangereux à long terme.

Comme vous l’apprendrez dans cet article, les copeaux de pin sont l’un de ces types de litière. Les copeaux de cèdre et la mousse de tourbe, bien qu’ils ne soient pas abordés ici, entrent également dans cette catégorie.

Et même la paille et, oui, mon préféré, le sable, peuvent avoir des effets potentiellement dangereux sur la santé à long terme. Bien qu’il faille davantage de preuves pour le savoir (nous y reviendrons plus tard). C’est pourquoi je l’ai déjà dit et je le répète :

Il n’existe pas de litière parfaite pour votre poulailler.

Dans mes discussions ci-dessous, je me suis également appuyé sur d’autres sources d’information sur la litière. Comme d’autres études sur le bétail, la recherche médicale sur les rongeurs et la recherche sur les maladies professionnelles humaines. Pour vous aider à anticiper les effets à long terme de ces matériaux de litière sur la santé de vos poules.


Quelles sont les qualités d’une bonne litière pour poulailler ?

Une bonne litière pour poulailler possède 7 propriétés principales :

  1. Faible rétention d’humidité
  2. Faible taux d’ammoniac
  3. Propreté
  4. Faible diversité et faible nombre de bactéries
  5. Faible taux de poussière
  6. Non-toxicité
  7. Faible nombre de moisissures

D’autres propriétés peuvent être souhaitables (mais pas toujours nécessaires) dans une litière pour poulailler :

  1. Facile à utiliser
  2. Isolante
  3. Compostable
  4. Ininflammable
  5. Faible nombre d’insectes

Dans la suite de cet article, je vais comparer la paille, le sable et les copeaux de pin dans ces catégories.


Rétention d’humidité du sable, de la paille et des copeaux de pin dans le poulailler :

La litière de votre poulailler doit rester sèche. Si elle est trop humide, une diversité d’agents pathogènes se développera. Ce qui peut provoquer à la fois une accumulation d’ammoniac et une variété de maladies chez vos poules.

Deux éléments interviennent dans la rétention d’humidité de la litière des poules :

  • La capacité d’absorption. Combien d’eau la litière peut-elle absorber ?
  • Vitesse de libération. Comment la litière peut-elle perdre rapidement de l’eau par évaporation ?

L’absorption est nécessaire pour que l’eau ne s’accumule pas sur la litière. Ou que la litière ne devienne pas trop humide trop rapidement. La libération rapide de l’eau dans la litière est nécessaire pour garder le poulailler aussi sec que possible et limiter l’activité pathogène.

Absorption de l’humidité : Sable vs paille vs copeaux de pin :

En ce qui concerne la capacité d’absorption, la paille a tendance à être nettement plus absorbante que les copeaux de pin et le sable. Bien que quelques études en laboratoire suggèrent que la paille a un pouvoir absorbant inférieur à celui des copeaux de pin.

Les études réalisées sur le terrain (c’est-à-dire dans des poulaillers réels avec des poulets) indiquent systématiquement que la paille est supérieure aux copeaux de pin en termes d’absorption.

Sur 9 types de litière testés pour leur pouvoir absorbant, y compris les copeaux de pin. La paille hachée est arrivée en deuxième position, juste derrière la mousse de tourbe. La paille hachée a absorbé 7x son propre poids en eau.

Le sable, quant à lui, s’est avéré avoir une très faible capacité d’absorption par rapport à la paille et aux copeaux de pin. Dans une étude, le sable avait une capacité de rétention d’eau de seulement 10 %, contre 100 % pour les copeaux de bois et 300 % pour la mousse de tourbe.

Libération de l’humidité : Sable vs paille vs copeaux de pin

Bien que la paille soit une litière incroyablement absorbante. Elle est carrément terrible pour libérer l’humidité. Sur les 9 types de litière testés pour la libération de l’eau, elle était la plus lente à libérer l’eau. Cela signifie que la paille retient l’humidité, ce qui n’est pas une bonne caractéristique pour une litière.

Le sable, en revanche, est le roi de la libération de l’humidité. Car il libère l’eau mieux que tous les autres types de litière.

Ce qui compte vraiment dans votre poulailler, c’est que la litière reste aussi sèche que possible. De ce fait, le sable malgré sa faible capacité d’absorption, a tendance à rester sec car il libère l’humidité très rapidement.

Voilà donc ce qu’il en est :

  • La paille est absorbante, mais ne libère pas l’eau rapidement.
  • Le sable libère l’eau rapidement, mais n’est pas absorbant (mais comme il libère très bien l’eau, il reste quand même plus sec).
  • Les copeaux de pin se situent quelque part entre les deux, avec un pouvoir d’absorption modéré et une libération modérée.

D’après ces données, le sable est clairement la meilleure litière pour le contrôle de l’humidité. Bien que les grains de sable n’absorbent pas bien l’eau, celle-ci s’infiltre dans la litière et sèche rapidement. Cela réduit considérablement les conditions propices au développement des agents pathogènes, si fréquents dans la paille et les copeaux de pin.


Propreté : Sable contre paille contre copeaux de pin :

En ce qui concerne la propreté relative, la paille est sale. Le sable est propre, et les copeaux de pin se situent entre les deux. Lorsque la paille de blé et la paille de riz ont été comparées à la sciure, aux copeaux de bois et aux coques de riz. La paille a obtenu les valeurs d’indice de propreté les plus faibles . Ces faibles valeurs ont été attribuées à la tendance de la paille à retenir l’humidité, ce qui entraîne une agglomération.

Le mottage se produit lorsque les excréments et la litière s’agglomèrent en masses épaisses. Cette tendance de la paille à agglomérer la litière a été documentée dans de nombreuses études.

Une étude a même révélé que l’agglomération importante de la paille rendait difficile le déplacement des poussins de chair dans la litière . Ces poussins étaient donc incapables d’accéder facilement aux abreuvoirs et aux mangeoires, et ils n’ont pas pris autant de poids que les poussins élevés sur du sable. Le sable utilisé dans cette étude n’a pas du tout tourné.

Un autre point, le taux de colmatage de la litière dans les copeaux de pin était très élevé par rapport au sable. Cependant, les copeaux de pin ne présentent pas un taux d’agglomération aussi élevé que la paille.

Le sable étant une litière très propre, l’industrie du poulet de chair peut l’utiliser plus longtemps que les autres matériaux de litière avant de nettoyer le poulailler. De nombreux élevages industriels ne retirent leur litière organique (comme les copeaux de pin et la paille) que tous les 1 ou 2 ans, mais ils peuvent laisser le sable pendant 5 ans.

Cependant, si vous avez des poulets de basse-cour, vous devez garder votre sable aussi propre que possible. Je nettoie mon sable quotidiennement dans mes petits poulaillers et toutes les 1 à 2 semaines dans mon grand poulailler. Et je fais un grand nettoyage annuel.


Taux d’ammoniac : différence entre sable/paille/copeaux de pin

L’ammoniac est un gaz méchant qui, à forte concentration, est incroyablement dangereux pour vos poules. Ce gaz est produit lorsque certaines bactéries décomposent les déchets et la litière des poules. Lorsque les niveaux d’ammoniac deviennent trop élevés dans le poulailler, les poules peuvent souffrir de :

  • bronchite chronique,
  • crises d’asthme
  • et de mort

Il est clair que des niveaux élevés d’ammoniac dans le poulailler doivent être évités à tout prix.

Pouvez-vous aider à contrôler l’ammoniac grâce à la litière que vous choisissez ? Peut-être.

Malheureusement, les recherches sur la production d’ammoniac dans différents types de litière sont mitigées. Il est donc difficile de déterminer quelle litière produit plus ou moins d’ammoniac qu’une autre. Les études en laboratoire ne donnent pas toujours les mêmes résultats que les études sur le terrain en poulailler. Ainsi, des résultats qui semblent solides au départ peuvent changer rapidement en une semaine ou deux.

Certaines études ont montré que les copeaux de pin ont de faibles émissions d’ammoniac par rapport aux autres types de litière. Certains chercheurs ont émis l’hypothèse que certains des produits chimiques présents dans le pin pourraient être défavorables à la croissance des bactéries productrices d’ammoniac. Ces produits chimiques comprennent les terpènes, les polyphénols et les tanins.

Si c’est le cas, cela a un prix élevé, car certains de ces produits chimiques. Comme les terpènes, peuvent également causer de graves problèmes de santé chez vos poulets.

Certaines études ont montré que la paille de blé dégage moins d’ammoniac que les copeaux de pin. Cependant, ce faible niveau d’ammoniac peut aussi avoir un prix.

La paille de blé a tendance à s’agglomérer beaucoup plus que les copeaux de pin. Ce qui peut expliquer pourquoi elle dégage moins d’ammoniac. L’agglomération peut agir comme une barrière physique qui empêche l’ammoniac d’être libéré. Cependant, les poulets ont du mal à se développer dans une litière de paille de blé agglomérée, et leur croissance est souvent moins bonne.

De plus, lorsque vous nettoyez la paille de votre poulailler et que vous déplacez la partie agglomérée L’ammoniac peut être libéré. Des agriculteurs ont signalé que la paille dégage des odeurs extrêmes et provoque des irritations oculaires et nasales lorsqu’elle est retirée.

Les études sur la production d’ammoniac dans le sable ne sont pas cohérentes. Dans certaines études, on a constaté que le sable libérait de plus grandes quantités d’ammoniac que les copeaux de bois. D’autres ont noté que le sable produisait la même quantité d’ammoniac que les autres sources de litière. Et certains ont constaté que la production d’ammoniac dans le sable était incroyablement faible.


Taux de bactéries quelle différence entre le sable, la paille et les copeaux de pin?

Comme mentionné ci-dessus, les copeaux de pin peuvent avoir des propriétés antibactériennes qui aident initialement à maintenir les niveaux de bactéries bas. Cela est en partie dû aux extractibles du pin, des produits chimiques naturels qui aident à protéger le bois . Mais qui sont aussi incroyablement toxiques (voir la section Toxicité ci-dessous).

Cependant, une étude suggère fortement que les pouvoirs antimicrobiens du pin sont de courte durée. Dans cette étude, la numération des plaques aérobies a été mesurée pour une variété de matériaux de literie. La numération des plaques aérobies est un indicateur des populations bactériennes.

Les copeaux de bois (probablement du pin) présentaient un taux de plaque aérobie de ~4 lg/g avant d’être ajoutés au poulailler. La paille, en revanche, présentait un taux initial beaucoup plus élevé de ~7 lg/g.

À la fin de la période d’étude (16 semaines), les copeaux de bois présentaient un taux de plaque aérobie de ~9 lg/g, contre ~9,25 lg/g pour la paille.Ces résultats font également ressortir un autre élément important à considérer.

la litière fraîche n’est pas stérile. Elle est déjà porteuse d’agents pathogènes lors de son voyage de la source au poulailler. C’est une idée assez effrayante.

De plus, dans certaines conditions, on a constaté que les copeaux de pin abritaient plus d’agents pathogènes que d’autres types de litière. Dans une étude, les copeaux de bois présentaient un taux de Salmonella plus élevé que trois autres types de litière, y compris la paille, qui ne présentait aucune Salmonella détectable.

Dans d’autres circonstances, la paille peut favoriser une production de bactéries considérablement plus élevée que d’autres matériaux de litière. Une étude a examiné le taux de croissance de plusieurs types différents de bactéries connues pour causer des maladies chez les chevaux. Cette étude a révélé que la paille présentait un nombre de colonies beaucoup plus élevé que les copeaux de pin.

Une autre étude a mesuré les niveaux d’endotoxines dans la paille, la sciure de pin et la litière en papier. Les agents pathogènes mesurés peuvent être responsables de maladies respiratoires chez les chevaux. L’étude a révélé que les stalles avec une litière de paille contenaient beaucoup plus d’endotoxines à un niveau de ~40 EU/m3, par rapport à un niveau de ~20 EU/m3 pour les autres types de litière.

Contrairement à la paille et aux copeaux de pin, le sable ne supporte pas très bien les pathogènes bactériens. On a constaté que le sable présentait moins de spores bactériennes que les litières organiques, notamment les copeaux de bois et la paille (Murphy et al., 2019).

En outre, de nombreuses études ont montré que les numérations bactériennes aérobies dans le sable sont inférieures (parfois de façon radicale) ou égales à celles des copeaux de pin.

Les niveaux de bactéries plus faibles dans les litières de sable peuvent être dus à la nature inorganique du sable. Le sable contient très peu de nutriments pour favoriser la croissance bactérienne. Il se peut également que le sable ne possède pas les sites de liaison nécessaires à la croissance bactérienne.


Niveaux de moisissure :

Les moisissures peuvent être très répandues dans la paille et peuvent provoquer de graves problèmes respiratoires chez les animaux d’élevage. Une étude a révélé que les moisissures et les endotoxines étaient nettement plus élevées dans la paille et le foin que dans les copeaux de bois et l’ensilage.

Malheureusement, la paille contient souvent des moisissures avant même d’avoir été utilisée comme litière.

Il a également été démontré que les moisissures se développent facilement dans les copeaux de pin. Mais une fois encore, le sable ne semble pas favoriser ces agents pathogènes. Je n’ai pu trouver aucune étude montrant que la moisissure est un problème dans les litières de sable.


Poussière, toxicité et substances cancérigènes :

Les dangers de la poussière dans le poulailler. Les poules peuvent être exposées à des particules pathogènes, toxiques et cancérigènes dans le poulailler de deux manières différentes :

  • La consommation de la litière.
  • L’inhalation de la poussière de la litière.

Certaines études ont montré que les poules consomment couramment une partie de leur litière. De ce fait, elles peuvent être exposés à toutes sortes de particules nocives de cette manière.

Cependant, l’inhalation de la litière par la poussière est probablement un moyen beaucoup plus courant d’exposition aux substances nocives.

Les poulets, étant de si petits animaux avec leur tête si proche du sol, sont exposés à des niveaux élevés de poussière provenant de leur litière. Ils sont donc exposés à des niveaux élevés de toute particule pathogène, toxique ou cancérigène présente. Pour cette raison, la poussière est une très mauvaise qualité pour la litière des poulaillers.

Qu’est-ce qui constitue exactement de la poussière ?

Un groupe de recherche a défini la poussière comme suit. La poussière dans les bâtiments d’élevage est un mélange de matières organiques comprenant des :

  • bactéries,
  • toxines bactériennes et fongiques,
  • spores fongiques,
  • l’urine,
  • excréments,
  • pollen
  • et d’autres composants des aliments et des animaux.

Les particules de poussière à grain très fin, quelle que soit leur composition, peuvent provoquer des irritations et des maladies respiratoires. Malheureusement, la paille, le sable et les copeaux de pin ont tous une certaine tendance à être poussiéreux.

Pourquoi certains chercheurs trouvent-ils les copeaux de pin plus poussiéreux que la paille, alors que d’autres constatent le contraire ?

J’imagine que cela a à voir avec la source de la paille. J’ai déjà utilisé des copeaux de pin ensachés séchés au four et de la paille hachée ensachée dans mes poulaillers. Les copeaux de pin étaient nettement plus poussiéreux que la paille hachée. Peut-être que quelque chose dans le traitement de ma paille ensachée l’a rendue moins poussiéreuse que d’autres. J’ai utilisé cette paille hachée d’Amazon.

Très peu d’études ont été réalisées sur la production de poussière dans le sable. La plupart des informations sont des opinions qualitatives, plutôt que des mesures quantitatives de la poussière.

Les auteurs d’un autre article ont cependant affirmé que « pendant le soutirage ou le brassage [du sable], il n’y avait pas de problème de poussière » et que cela « minimisait les risques d’infections respiratoires chez les poussins ». Ces auteurs n’ont pas non plus réellement mesuré les niveaux de poussière des différents types de litière.

Plus le sable est à grain fin, plus il est poussiéreux et plus il est difficile pour les poumons de vos poulets. C’est l’une des raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais acheter du sable de jeu pour votre poulailler. Il est beaucoup trop fin.

J’utilise dans mon poulailler un sable à grain moyen à grossier qui crée de la poussière lorsque je nettoie les excréments. Mais sinon, il n’y a pas de poussière. Même lorsque je tamise le sable, la poussière est minime par rapport à l’époque où j’utilisais des copeaux de pin dans mes poulaillers.


Dangers supplémentaires de la poussière de litière dans le poulailler

Toutes les poussières peuvent provoquer des problèmes de sinus et de respiration. Mais certains types de litière créent des problèmes de poussière spécifiques à leur composition.

Les copeaux de pin contiennent de l’acide abiétique, des hydrocarbures terpéniques et des composés aromatiques, des substances toxiques qui ont des effets néfastes sur le système respiratoire et le foie des poulets . La poussière de copeaux de pin est également cancérigène à long terme .

Le message à retenir : dites non aux copeaux de pin. Quels que soient les avantages qu’ils peuvent offrir, ils ne valent pas les risques encourus.

Les dangers de la poussière de paille :

Outre les dangers inhérents à toutes les poussières (sinusites et lésions respiratoires), le véritable danger de la poussière de paille est l’inhalation potentielle de moisissures et d’endotoxines pathogènes en suspension dans l’air. Ces moisissures et endotoxines peuvent provoquer des maladies respiratoires graves.

Les dangers de la poussière de sable :

La poussière de sable s’accompagne de deux principaux dangers à long terme. Premièrement, le sable peut être cancérigène. Deuxièmement, le sable peut provoquer une silicose/pneumoconiose aux silicates, qui est une cicatrisation des poumons très douloureuse et qui peut entraîner la mort.

Aucune étude n’a été réalisée sur la prévalence de la pneumoconiose au silicate chez les poulets élevés sur du sable à grains moyens ou gros, car il s’agit d’une maladie dont les symptômes ne se manifestent qu’après plusieurs années. Encore une fois, les poulets d’élevage industriel ne vivent pas assez longtemps pour que ces études puissent être réalisées.

En l’absence de données, je ne sais pas dans quelle mesure les risques de pneumoconiose et de cancer dus au silicate sont élevés avec du sable à grain moyen ou gros dans le poulailler, mais cela m’inquiète.

En revanche, je sais que plus le sable est fin, plus le risque est élevé. Car la pneumoconiose au silicate se développe à partir de l’inhalation de grains très fins. Le sable de jeu est un sable incroyablement fin et présente donc des risques sanitaires considérablement accrus par rapport au sable à grains moyens ou gros.

C’est pourquoi le sable de jeu doit être évité dans votre poulailler. Il est tout simplement trop fin et, même si vos poulets semblent aller bien pendant des années, ils peuvent développer des maladies incroyablement douloureuses et mortelles par la suite.

Pour ce qui est du sable à gros grains, le jury n’a pas encore tranché.


5 qualités de litière à prendre en compte pour votre poulailler :

Facilité d’utilisation de la litière :

Les copeaux de pin sont le matériau de litière le plus facile à manipuler. La paille arrive en deuxième position. Cependant, la paille a tendance à libérer du gaz ammoniac lorsqu’elle est manipulée. Ce qui entraîne de fortes odeurs ainsi qu’une gêne oculaire et nasale.

Le sable est très difficile à déplacer par rapport à la paille et aux copeaux de pin. Cependant, comme vous ne devez enlever et remplacer votre sable qu’une fois par an, cet inconvénient n’est peut-être pas si grave.

Propriétés isolantes de la litière :

On a constaté que le sable garde les poulaillers plus frais. Cela peut être un inconvénient en hiver, mais c’est un énorme avantage en été. Lorsque j’ai remplacé mes copeaux de pin par du sable pour la première fois un été. La température dans mes poulaillers est devenue nettement plus fraîche, ce qui a rendu l’été beaucoup plus agréable pour mes volailles.

En ce qui concerne l’hiver, mon poulailler est très bien ventilé, il fait donc incroyablement froid, quelle que soit la litière que j’y mets.

La litière organique, comme la paille et les copeaux de pin, peut dégager de la chaleur pendant la décomposition. Cela signifie que si vous utilisez la méthode de la litière profonde, votre poulailler peut être plus chaud en hiver comme en été.

Propriétés de compostage de la litière :

Les types de litière organique, comme la paille et les copeaux de pin, peuvent être utilisés pour le compostage. De nombreux éleveurs de poules aiment pouvoir utiliser leur litière usagée dans leur jardin.

Le sable usagé, bien qu’il ne soit pas idéal pour le compostage, peut être réutilisé dans le poulailler après avoir été nettoyé à fond.

Inflammabilité de la litière :

Les copeaux de pin sont incroyablement inflammables. La paille est également inflammable, mais pas autant que les copeaux de pin. Dans une étude sur l’inflammabilité de la litière, la paille et les copeaux de pin se sont enflammés et ont brûlé, mais le feu s’est propagé plus rapidement dans les copeaux de pin et a brûlé beaucoup plus longtemps.

Le sable, étant une litière inorganique, composée essentiellement de minéraux et de roches, n’est pas inflammable. C’est un avantage énorme si vous prévoyez d’avoir de l’électricité dans votre poulailler. Pour ma part, je chauffe mes poulaillers en hiver, et je suis reconnaissant de la sécurité supplémentaire que le sable apporte.

L’activité des insectes dans la litière :

Comme la paille et les copeaux de pin sont organiques et se décomposent lorsqu’on y ajoute des déchets de poulet. Ils deviennent des lieux de reproduction pour les mouches. Le sable, étant inorganique, n’a pas ce problème.

On a également constaté que le sable réduit les populations de ténébrions par rapport aux autres types de litière (Grimes et al., 2002).

Voilà, c’est tout ! Aucune litière n’est parfaite, mais d’après toutes les preuves scientifiques, le sable semble être la meilleure litière, suivi de la paille. La litière de copeaux de pin doit être évitée à tout prix en raison de sa toxicité.


Ca peut vous intéresser :